Ce forum a pour but de faire revivre les légendes de l'ère du cirydan depuis trop longtemps oubliées dans les memoires
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Eborites

Aller en bas 
AuteurMessage
Cel'Atar
Membre du Haut conseil
avatar

Masculin Nombre de messages : 153
Age : 25
Contrée : je n'ai pas de maison, je suis partout chez moi dans ce vaste monde
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Les Eborites   Mer 10 Juin - 1:45

« Ebor la Grande, te reverrais-je un jour ? »

Les Eborites

Les fils d’Ebor vivent en Ebor, une terre presque aussi riche que son peuple. Ces être coopèrent avec hommes, gobelins, nains, elfes, et certains de peuples oubliés des Ages antérieurs. Le peuple éborite est ainsi une mine de savoir composée d’un nombre de cultures incroyablement grand.

Autrefois Ebor fut sans aucun doute la plus puissante citée de tous les temps, les territoires sous sa domination voyaient cohabiter toutes sortes de créature en harmonie. Ces ethnies n’avaient qu’un seul et unique devoir : respecter l’autorité de le l’Empereur d’Ebor. Ce dernier n’avait pour but que de protéger ce continent qu’il aimait tant.
La première apogée d’Ebor vit fleurir toutes sortes d’arts : musique, magie, théâtre… De nombreuses cités se développèrent, montrant une architecture issue d’un travail inégalable entre elfes et nains, et bien d’autres œuvres fantastiques grâce à la coopération des cultures. Afin de protéger ce qui commençait à devenir un paradis pour ses habitants, des Ordres furent créés, prêtant serment d’allégeance aux six citées éborites. Les membres de ces ordres se donneraient corps et âmes à la protection de ces citées et de la richesse incroyable qu’elles renfermaient.

C’est alors qu’après plusieurs siècles d’épanouissement continuel, les Ordres rentrèrent en guerre face aux forces de Bascontées menées à l’époque par des guildes de Gobelins. Une fois de plus, talent des éborites fut remarquable : ce peuple n’aimait pas la violence mais cela ne l’empêchait pas de maitriser l’art martial comme tout autre art. En un mois, les Ordres récupérèrent la totalité de la Fillanne de l’Est actuelle sans provoquer un seul bain de sang inutile, traversèrent El Taj, et parvinrent jusqu’en Midland ou la noblesse déjà innée de la population locale permit d’éviter une guerre plus longue.
Débuta alors une seconde apogée, les fils d’Ebor commencèrent à peupler les Bascontées et coopérèrent avec les gobelins, ensemble, ils parvinrent à mettre en place un commerce entre les trois continents, arrangeant chaque race.
Grace aux nouvelles connaissances concernant la magie qu’offrirent les gobelins se forma un nouvel ordre qui coopéra avec le gouvernement : la chambre du Savoir permettrait à ses membres de découvrir tous les secrets que pouvaient receler ce monde. Les noblesses éborites les plus puissantes n’appartenant pas déjà aux Ordres se regroupèrent également dans la chambre des Nobles, jurant fidélité aux six citées. Ces deux nouveaux ordres coopérèrent avec le Haut conseil d’Ebor, Ordre responsable de la protection d’Ebor la Grande, presidé par l’Empereur en personne.
La cité prospéra bien plus encor sur plusieurs siècles, ses connaissances en astrologie, en astronomie et en histoire furent telles qu’elles permirent de mettre au point plusieurs prophéties. Leur connaissance géographique du monde étaient d’un précisions remarquable, ils connaissaient également avec exactitude les étapes de la création du monde par les éléments. Mais vint un jour ou toute cette richesse s’effondra subitement.

En effet, les citées connurent simultanément un important déclin qui s’empara d’elles comme une malédiction, les six citées furent presque abandonnées par les populations. Des rixes éclatèrent dans les rues, les familles migrèrent vers les campagnes ou disparurent soudainement, et les belles citées d’autrefois s’éteignirent peu à peu.
Les Ordres, impuissants face à un déclin économique et désespérés par la réaction de la population, furent réduits à contrôler une guerre civile, certains différents entre eux refirent surface, et leur séparation marqua la fin de l’ère éborite.
Car des tentions apparurent entre les Ordres, chacun d’entre eux opéra pour son propre compte et chercha à gérer la situation seul. Les Saïens, Ordre responsable de la protection de Sataag, la cinquième citée éborite, convainquirent la chambre des Nobles de se rallier à eux, peu de jours plus tard, l’Empereur fut assassiné et le palais de cristal, lieu de siège de la chambre du Savoir, fut détruit. La guerre n’en fut que plus violente, Liden la Resplendissante, quatrième citée, alias La citée des Sables fut même entièrement détruite.

Aujourd’hui, les éborites gardent une profonde rancune envers les Saïens, qu’ils accusent d’être en grande partie responsable de la guerre civile. Ils n’ont cependant pas envie d’une nouvelle guerre, s’efforçant de faire revivre leurs citées et de retrouver leur gloire du passé. Leurs connaissances sont toujours remarquables en astrologie, astronomies, géographie, physique bien qu’elles ne soient qu’un pale reflet de la puissance de l’Ebor d’autrefois. Leur musiques et danses réaniment les rues petit à petit, rappelant les fantômes des citées oubliés. Les races les plus anciennes viennent de nouveau commercer de temps en temps, heureux de retrouver ce peuple qui marqua l’histoire de l’ancien monde.

Les éborites parcourent dorénavant la moitié Nord d’Esophéa, limités à l’Ouest par les marais de l’Ombre et au Sud par le Johal. Ils entretiennent un commerce toujours aussi efficace en mers intérieurs.
Ils servent aujourd’hui les quatre dieux Shernëst, Cärt, Deneïs, Ynä, élémentaires respectifs du feu, de la terre, de l’air, et de l’eau ainsi que le dieu créateur Ethër. Selon la légende, Ebor aurait été construite sur le site de création du premier être par Ethër et devrait son ancien succès à l’énergie divine qui circule en ses fondations.
Selon les éborites, la vénération des cinq dieux permet l’accès à leur bénédiction et connaître l’harmonie parfaite entre le corps et l’esprit. Pour cela il faut répondre aux exigences de chacun.
Le culte de Shernëst : Les seigneur du feu n’offre sa bénédiction qu’au plus puissant des esprits, il demande une volonté surdéveloppée et une capacité à l’imposer aux autres. L’adorateur du feu doit donc savoir se montrer inflexible face aux autres en toutes sortes de circonstances, et ne jamais rien faire qui puisse compromettre sa vertu.
Le culte Cärt : Le dieu de la terre récompense ceux qui savent exploiter les énergies qu’offre la nature à qui sait la comprendre, il exige une maitrise parfaite du corps. L’adorateur de la terre fait donc souvent preuve d’une agilité et d’une force surnaturelle, d’un calme le plus souvent troublant, il est seul maitre de lui-même.
Le culte de Deneïs : Le maitre des cieux accorde son aide à qui peut se prétendre libre, cela exige un manque total de privation de la part de l’adorateur, seul maitre de ses actes, de ses ambitions, mais aussi de son destin et de ses pensées. Il ne respecte aucune loi, et ne doit rien à personne, l’adorateur du ciel est souvent solitaire et ne sert que les causes qu’il estime justes.
Le culte d’Ynä : La princesse des mers ne demande que de l’ouverture d’esprit à ses adorateurs, la culture, la connaissance, et une certaine impartialité. La justice des choix est d’une importance primordiale dans ce culte, il faut savoir ce que l’on fait. La plupart des philosophes éborites ont bien-sur appartenu à ce culte, se respectant entre, cette constante recherche du savoir fait partie des caractères courants chez les adorateurs des eaux.
Le culte d’Ethër : On ne peut vraiment parler du culte d’Ethër, il s’agit d’un mode de vie, Ethër donne à ceux sachant vivre avec fierté. Il s’agit sans aucun doute de la bénédiction la plus dure à obtenir car l’adorateur doit savoir profiter pleinement de chaque instant vécu et de jamais avoir honte de lui, ne jamais regretter, toujours aller de l’avant. Rares sont ceux qui y sont parvenu.

Les Ordres et les cités:
Aujourd’hui, l’Ebor ne compte plus que 3 cités :
-Ebor la Grande, la capitale, protégée par la garde de l’empereur qui prit la relève du Haut conseil d’Ebor suite à sa démission durant la guerre civile. La rumeur dit que ce dernier serait de retour mais rien ne la prouve jusqu’à présent.
-Le Kairn (le haut Kairn), alias « la cité d’Or », situé sur un plateau, cette cité est presque aussi impressionnante que la grande Ebor, elle est aussi celle qui résista le mieux à la guerre civile, car jamais les saïens ne parvinrent à la contrôler, elle est dirigée par les farouches Amants du crépuscule.
-Oept l’harmonieuse, protégée par l’ordre des Fluviens, une partie de la cité est construite à même la montagne et certaines maisons sont situées au milieu de cascades, une autre partie de la cité flotte sur le fleuve qui s’écoule au pied des montagnes.

Les éborites n’ont désormais pour seul but que de faire revivre l’Ebor, ses cités et sa sagesse d’autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendesducirydan.azurforum.com
 
Les Eborites
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les légendes du cirydan :: Le GN :: L'Histoire de L'ancien monde :: répertoire des civilisations-
Sauter vers: